Un nouveau vote après le Brexit ?

brexit
En bleu les Remains, en rouge les Leave

Le Royaume-Uni se réveille donc avec pour certains (riches, londoniens, écossais) une gueule de bois, et pour d’autres (pauvres, ruraux, gallois) une exultation de la victoire envers un « système » qu’ils imaginent à l’origine de tous leurs maux. C’est en partie faux, car la problématique de savoir comment vivre en démocratie quand on est sans diplôme dans une région paupérisée est nettement plus large que la simple appartenance à l’Union Européenne (demandez aux habitants de Detroit) et sans doute en partie vrai, tant il est acquis que le libre échangisme profite bien plus à certains qu’à d’autres.

Toujours est-il que dans une consultation ayant réuni trente-trois millions de votants, seize millions et cent mille ont souhaité rester dans l’union, dix-sept millions et quatre cent mille ont voulu en sortir. A l’échelle, ce million trois cent mille de différence représente 3.9 % des votants.

Et l’on se retrouve encore une fois dans l’impasse arithmétique si propre aux 51-49 et 55-45.

Indépendamment du résultat, sur quel fondement cette stricte conception idiotement arithmétique peut se voir reconnaître un caractère légitimant ? La question aurait été la même, bien évidemment, si le résultat était inversé.

De quel droit ceux qui veulent rester dans l’UE peuvent l’imposer à ceux qui veulent en sortir ? De quel droit ceux qui veulent en sortir peuvent l’imposer à ceux qui veulent y rester ?

Parce qu’à un moment donné, sur une photographie des opinions, il y en a eu un peu plus ?

Ce qui est en tout cas certain, c’est que ce vote a démontré (si besoin était) qu’il existe plusieurs Angleterres, et plusieurs conceptions très éloignées de la citoyenneté. Il en est de même en France, ainsi qu’aux Etats-Unis.

Il n’est pas sûr que transformer les citoyens en petits bâtons sur une feuille soit la solution pour résoudre ce genre de questions de fond.

Une pétition a été lancée, environ un mois avant le vote, appelant à un nouveau référendum  si la participation devait être de moins de 75 % et le résultat du vote de moins de 60 %. Son nombre de participants à naturellement explosé à la suite du résultat du scrutin, et elle représente actuellement 500 000 signatures (hier après-midi il n’y en avait que 140 000).

S’il n’est pas sûr qu’un nouveau vote donne le même résultat, en revanche, faute de majorité plus nette, le résultat de cet hypothétique second vote serait tout autant contestable.

L’impasse de la démocratie représentative – de la démocratie arithmétique – est criante.

Leave a Comment