Sénèque et l’élection

Comme quoi, déjà au temps des romains…

Rien ne nous entraîne dans de plus grands maux que de nous régler sur l’opinion en croyant que le mieux est ce que la foule applaudit, et ce dont il y a beaucoup d’exemples : c’est vivre, non suivant la raison, mais par imitation. […] Aussi arrive-t-il ce qui a lieu dans les comices, où les mêmes hommes qui ont voté pour les préteurs s’étonnent qu’ils aient été élus, lorsque tourne le vent capricieux de la popularité. Les mêmes choses, nous les approuvons…  puis les blâmons. Tel est le résultat de tout jugement où c’est la majorité qui décide – Sénèque, la vie heureuse, chap I

Toute ressemblance avec une quelconque actualité présente ne serait que purement fortuite.

3 commentaires

  1. Recevoir des leçons de morale politique d’un des plus grand corrompu de tous les temps…
    Je plaisante.

    A demi.
    Parce que Sénèque était un « bras droit » de Néron. Alors le choisir pour critiquer la démocratie… Au delà de la pensée, il y a contexte. Ou l’inverse, je ne sais plus.

  2. Certes, mais au-delà de la vie et de l’oeuvre de Sénèque, son propos ici, qui ne constitue pas le coeur de sa pensée, démontre la persistance dans le temps de difficultés générales liées au mécanisme électif.

    Outre le fait que mesurer la valeur d’une pensée à l’aune de l’exemplarité de la vie du penseur est à mon sens à proscrire. Même si le contexte ne doit jamais être ignoré, il ne doit être pris en considération que pour circonscrire la portée de la pensée.

    1. Je ne parle pas d’exemplarité mais de rhétorique de propagande.

      En outre, il me semble que  » la vie heureuse  » développe l’idée bénéfique d’une vie en autarcie pour le sage, lequel doit se méfier des choix des masses, s’il veut accéder au bonheur.
      L’idée ici est égoïste. Il ne traite de la démocratie que par rhétorique.

      Je persiste : cette citation me semble glissante. Je me trompe ?

      Merci pour vos écrits, c’est bon de profiter de vos réflexions.

Leave a Comment